[Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par Taggy le Mer 1 Mai - 1:44

.


Dernière édition par Taggy le Jeu 13 Juin - 10:17, édité 1 fois
avatar
Taggy
Tofu Soyeux
Tofu Soyeux

Messages : 25
Date d'inscription : 29/04/2013
Localisation : Ponyville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par Mercure le Mer 1 Mai - 4:42

Merci pour ce témoignage.

Etant étudiant en psychologie, c'est un sujet qu'on aborde souvent, et il y a quelque part quelque chose de rassurant dans ses échanges : on s'accorde tous pour dire qu'il y a un problème à cet endroit.
L'ennuis, c'est qu'on ne se donne pas tous la peine de se pencher sur le fonctionnement de ses substances (la faute peut être partagée, entre la réputation littéraire de la filière qui fait qu'une grande partie des étudiant laissent de coté les neurosciences, le contenu même de la formation, dont la pharmacologie et l'éthique sont extrêmement minoritaire et souvent présenté de façon obscure et/ou trop légère...). Donc oui, il y a un problème, mais le fait qu'on soit formé de cette façon fait qu'on a d'un coté ceux qui vont faire des neurosciences à fond, et qui au final ne pratiqueront qu'auprès de patient lésé, ceux qui les ont en horreur, et qui pratiqueront une des nombreuse thérapie (mais pour la plupart, psychanalytique ...) et les autres qui de toute façon ne se sentent que peu concernés. Et puis il y a la psychiatrie, qui connait les mêmes clivage, même si à priori, ils sont mieux formé que nous sur les aspects physiologiques, ils le sont moins sur la dépendance, sur les conséquences sur le sommeil...
Ca ouvre beaucoup de portes sur la formation en psychologie et en psychiatrie en France, qui pourrait faire l'objet de plusieurs autres posts ; tout ça pour dire que les gens (psychologues ou psychiatres) ne sont pas égaux du tout en terme de connaissances et d'intérêt pour ces substances, et qu'il y a peut de nuances dans ce qui peut être dit et pratiqué. La psychologie en France, c'est fichtrement fucked up comme milieu, et j'imagine à peine le désarroi de ceux qui cherchent à consulter. On note quand même quelques améliorations, des formations plus interdisciplinaires, des personnes un peu plus prêtes à chercher des alternatives dans les intervalles que leurs aînés.

Long way to go.
avatar
Mercure
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 10
Date d'inscription : 25/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par Biaise le Mer 1 Mai - 10:21

On m’a prescrit de l’Olanzapine en me vendant ça comme un simple anxyolitique. Voilà, ça c’était pour le gag. J’ai cru que j’allais devenir dingue. je dormais toute la nuit, tout le jour, en faisant des rêves délirant. Mon temps éveillé je le passais trembler, pleurer et paniquer.

Je trouve sidérant le manque d’informations des malades sur ce genre de traitements.
avatar
Biaise
Admin
Admin

Messages : 334
Date d'inscription : 24/04/2013
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur http://biaise.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par Koala le Mer 1 Mai - 11:10

Moi je suis accroc aux anxios depuis ~4 ans mais pas vraiment capable d'en parler.
Du coup j'avais envie de dire merci à Taggy pour son témoignage, plein de courage frère wombat ♥
avatar
Koala
Marsupiale en Technicolor

Messages : 37
Date d'inscription : 24/04/2013
Localisation : Dans un eucalyptus

Voir le profil de l'utilisateur http://misskoala.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par Taggy le Mer 1 Mai - 13:37

.


Dernière édition par Taggy le Jeu 13 Juin - 10:17, édité 2 fois
avatar
Taggy
Tofu Soyeux
Tofu Soyeux

Messages : 25
Date d'inscription : 29/04/2013
Localisation : Ponyville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par Mercure le Mer 1 Mai - 14:11

Je pense que c'est même plus insidieux que ça niveau clivages. On va pouvoir trouver des psychiatres qui pratiques la psychanalyse, la médecine comportementale, les TCC, de même qu'on pourrait trouver des psychologues. Et parmi tous ces psy, on trouve des pros et des contres l'utilisation AD/AX. En milieu hospitalier, ils sont soumis aux même contraintes en terme de compte rendu (utilisation du DSM et des outils classiques).
Il existe donc en parti les même clivage au sein de la psychiatrie qu'au sein de la psychologie en terme de pratiques, même si la formation en psychologie nous laisse beaucoup plus libre de choisir le contenu et l'accent qu'on met sur telle ou telle discipline. Et c'est à la fois une bonne et une mauvaise chose, mais il serait possible d'y passer des heures, je pense que l'idée principale est là.

En tout cas, pour en revenir au témoignage, c'est particulièrement important même si de toute évidence très douloureux, d'en parler - donc encore merci.

Juste un mot sur la prescription d'un AX quand en sevrage d'AX, ça n'est pas forcément aussi insensé que ça peut paraître, ça dépend de son fonctionnement et de son dosage, du but... Même si ça sonne un peu avocat du diable dans ce thread.
avatar
Mercure
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 10
Date d'inscription : 25/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par Biaise le Mer 1 Mai - 14:19

@Taggy : en fait, le gag, c’est que l’Olanzapine est le générique du Zyprexa qui est un anti-psychotique. Et il me disait que c’était un AX, les AX, je connaissais déjà. OK ce truc peut entre autre avec de la chance avoir un effet d’AX, mais alors très vaguement. J’me demande si c’est courant ce genre de désinformation.
avatar
Biaise
Admin
Admin

Messages : 334
Date d'inscription : 24/04/2013
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur http://biaise.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par Taggy le Mer 1 Mai - 14:22

.


Dernière édition par Taggy le Jeu 13 Juin - 10:17, édité 1 fois
avatar
Taggy
Tofu Soyeux
Tofu Soyeux

Messages : 25
Date d'inscription : 29/04/2013
Localisation : Ponyville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par Ekymoz le Mer 1 Mai - 14:46

Ton témoignage tombe à pic pour moi. J'ai 25 ans et je commence un traitement antidépresseur, un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS) à base de Sertraline (marque connue : Zoloft©). J'espère qu'au bout de 6-8 mois, j'arrêterai de le prendre. (grrr : j'ai arrêté la pilule parce que je l'oubliais tout le temps et là, je me coltine une nouvelle pilule…à ne surtout pas oublier.)

Taggy a écrit:Ce que je veux surtout souligner dans ce texte, c'est d'abord l'apparence absolument anodine que mon traitement pouvait avoir lorsque je l'évoquais : personne ne semblait trouver ça inquiétant qu'à mon âge on puisse me prescrire de tels médicaments, et d'ailleurs puisque j'étais sous traitement, on partait donc du principe que j'allais bien finalement, puisque j'étais soigné, et à aucun moment qui que ce soit ne s'est interrogé quant à la cause de ma dépression, qui m'avait conduite à une telle extrémité (parce que je trouve qu'en arriver aux médicaments, c'est justement que l'on n'a plus d'autre solution)
Comme tu l'écris là, je me disais que ces médicaments devraient être le dernier recours.

J'étais très anxieuse à l'idée d'en prendre : peur d'être aliénée à cette molécule, peur qu'elle occasionne des changements irréversibles néfastes (genre : anorgasmie). J'ai eu de nombreuses discussions avec des amis avant d'en prendre (tous m'encourageaient à les prendre, il faut préciser). Je crois que cette peur venait aussi du fait que je ne veux/voulait pas me considérer comme "malade" car j'ai l'impression que cette dépression et ces idées noires font partie de moi, de mon caractère et pour moi, le seul remède à ce que je suis, cela devrait être les expériences vécues, mes rencontres, ce que je mets en place pour "m'en sortir", tout sauf des médocs, artificiels, en dehors de mon contrôle. (Les expériences vécues impactent le fonctionnement du cerveau et peuvent le réguler…mais beaucoup moins rapidement qu'un antidépresseur.)

Puis, c'est quoi exactement le dernier recours ? c'est juste avant que je saute par la fenêtre ? c'est quand je me retrouve totalement isolée, après avoir vu toutes mes relations se dégrader, tous mes projets tomber à l'eau, sans plus aucune envie de vivre ? Bref, non, je ne veux pas en arriver là. Je veux vivre, je veux prendre plaisir à voir mes amis et que mes amis aient plaisir à me voir.

J'ai l'impression, à présent que la dépression que je traverse, m'enlève quelque chose de moi, elle m'enlève de l'énergie. commence à m'enlever mes facultés de concentration, le peu d'optimisme que j'avais. Je veux arrêter de ruminer des idées noires et me rendre malade pour le moindre truc. La thérapie ne suffit pas. Le contexte n'est pas favorable à ce que je puisse utiliser d'autres moyens d'aller mieux, comme le yoga à pratiquer tous les jours. Mes études sont en train de me bouffer et je ne vais pas les laisser faire. Les médicaments sont une aide ponctuelle pour que je me rende moins "malade" face à la vie. Pourquoi tous mes jolis principes me feraient refuser cette aide si, au final, je me sens mieux ? Pourquoi me disais-je "tout sauf les médocs" alors que je peux très bien me dire "tout + les médocs" ? Voilà les questionnements qui ont orienté mon choix à les prendre…

PS : j'espère que l'anorgasmie est réversible à l'arrêt du traitement…

Ekymoz
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 8
Date d'inscription : 24/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par Taggy le Mer 1 Mai - 15:11

.


Dernière édition par Taggy le Jeu 13 Juin - 10:18, édité 2 fois
avatar
Taggy
Tofu Soyeux
Tofu Soyeux

Messages : 25
Date d'inscription : 29/04/2013
Localisation : Ponyville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par Ekymoz le Mer 1 Mai - 15:47

Taggy a écrit:Mais ça n'est pas un médicament miracle. Ça va te couper de ton désespoir, pas te donner du courage.
J'avoue que c'est quelque chose qui m'inquiète pas mal : qu'attendre exactement de ce traitement ?

Une copine m'a dit : "là, t'as 2 mois de stage + mémoire : au lieu de passer ces deux mois à te rendre malade de stress, tu vas les passer un peu plus anesthésiée de ton stress…" (mais du coup, je me dis qu'il aurait fallu des AX pas des AD pour ça, non ?)

Le psychiatre qui m'a prescrit le traitement m'a dit que la dépression était "neurotoxique" (ce con a essayé de me faire peur pour que je prenne le traitement, et le pire c'est que je le prends, au final…) et qu'enchainer les dépressions était plus dommageable qu'enchainer les traitements AD (plus dommageable pour quoi ? pour les facultés cognitives ? [rajout : oui, sur les circuits cérébraux impliqués dans l'émotion et la mémoire → source : http://www.edimark.fr/publications/articles/neurotoxicite-de-la-depression-et-alterations-mnesiques-residuelles-l-etude-actuel-ii/14938 ])… Et que le traitement servait à restaurer une dynamique de vie positive (car avec une dépression, en perdant nos envies, on perd ce qui nous entoure (amis, travail, etc.), ce qui nous rend encore plus triste → cercle vicieux).

Ce psychiatre m'a aussi fait croire que c'était parce que j'étais malade que je refusais le traitement, c'était bien parce que j'étais "de nature" inquiète et obsessionnelle que je refusais de le prendre (pas par principe ou tout autre chose ; il aurait très bien pu voir une volonté de m'en sortir seule et donc ç'aurait pu être une preuve que j'ai encore de la volonté et de la force, bah non, il fallait plutôt être condescendant et me considérait comme une pauvre malade, moins que rien…). En fait, je me rends compte que c'est proche de la manipulation, le discours de ce psychiatre…Enfin, d'un côté, je le refusais mais d'un autre j'étais en demande…donc bon… (pour info, pour mieux comprendre l'histoire : le psychiatre qui me prescrit les médocs le fait en se basant sur ce que ma psychologue lui a dit de moi).

Vivement que je puisse me remettre au yoga plus de 2 fois par semaine !

Sinon, là ça va être ma 3e pilule en 25 mg après la 4e, je passe à 50 mg.

Sinon, quelqu'un ici a-t-il déjà essayé le millepertuis ?
Wikipédia a écrit: Dépressions légères et modérées

Les études sur le millepertuis dans les dépressions légères et modérées indiquent également une efficacité comparable à celle des antidépresseurs agissant sur la recapture de la sérotonine (ISRS)3.

Les effets antidépresseurs du millepertuis sont dus principalement à l'hyperforine4 (en usage interne et au long cours).

Il est aujourd'hui autorisé à la vente en tant que médicament, comme en Allemagne depuis 1984, car de nombreuses études cliniques ont prouvé son efficacité. La dernière étude publié en 2005, montre que le millepertuis est aussi efficace sur la durée que l'antidépresseur de référence (l’Imipramine), mieux toléré et avec moins de risques de rechute.
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Millepertuis_perfor%C3%A9#D.C3.A9pressions_l.C3.A9g.C3.A8res_et_mod.C3.A9r.C3.A9es

Ekymoz
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 8
Date d'inscription : 24/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par dariamarx le Mar 21 Mai - 22:45

Vous avez drôlement de la chance de pouvoir vous passer de médicaments. Vous avez drôlement dans la chance d'être dans une position qui vous permet de penser qu'on peut s'en passer. Je souffre d'un syndrome bipolaire. Sans médicaments, ma vie est un enfer. Et je ne parle pas de mes collègues schizophrènes, mélancoliques etc. La volonté de s'en sortir seul ? LA VOLONTE ? la volonté de guérir de l'acné ? La volonté de ne plus avoir la grippe ? la volonté de guérir du cancer ? Mais de quoi parlez vous ?

dariamarx
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 7
Date d'inscription : 24/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par Sorsha le Mer 22 Mai - 22:19

Heu, ouais je suis d'accord avec Daria, je vous trouve assez 'bisounours'... toutes les maladies ne se guérissent pas avec la volonté.
Mon meilleur ami est bipolaire aussi, sans médocs il se serait déjà foutu en l'air (d'ailleurs il a déjà essayé plusieurs fois...)
avatar
Sorsha
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 18
Date d'inscription : 24/04/2013
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par Taggy le Jeu 23 Mai - 9:08

.


Dernière édition par Taggy le Jeu 13 Juin - 10:18, édité 1 fois
avatar
Taggy
Tofu Soyeux
Tofu Soyeux

Messages : 25
Date d'inscription : 29/04/2013
Localisation : Ponyville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par Ekymoz le Dim 26 Mai - 13:04

dariamarx a écrit:Vous avez drôlement de la chance de pouvoir vous passer de médicaments. Vous avez drôlement dans la chance d'être dans une position qui vous permet de penser qu'on peut s'en passer. Je souffre d'un syndrome bipolaire. Sans médicaments, ma vie est un enfer. Et je ne parle pas de mes collègues schizophrènes, mélancoliques etc. La volonté de s'en sortir seul ? LA VOLONTE ? la volonté de guérir de l'acné ? La volonté de ne plus avoir la grippe ? la volonté de guérir du cancer ? Mais de quoi parlez vous ?
Je ne connais pas le syndrome bipolaire. Mais pour ce qui est de mon "trouble thymique" (dépression modérée ?), je peux t'assurer que c'est sûrement plus proche d'un rhume c'est-à-dire qu'avec ou sans médicaments, ça prendra un certain temps à guérir (7 à 15 jours pour le rhume avec OU sans médicaments ; plusieurs années pour la dépression modérée). Donc bah, quand tu sais ça, tu fais en fonction de ce qui te semble le plus approprié pour ton bien-être…

Il y a un article, dans La Traverse, concernant les thérapies alternatives et la médecine allopathique qui évoque l'idée que je viens de donner… et je trouve que ça rebondit aussi pas mal sur l'histoire de la "volonté de guérir"…
=> http://www.les-renseignements-genereux.org/fichiers/15295

ça fait réfléchir sur la médecine en général. Je trouve qu'il y a de bonnes choses à prendre dans cet article.
Morceau choisi :
Richard Monvoisin a écrit:Placebo démesuré ?

On entend souvent que l'effet placebo est énorme, et par exemple que les cancers et autres pathologies graves peuvent se résorber par la simple volonté du malade. Ce n'est malheureusement pas le cas (et c'est en plus culpabilisant pour le malade qui ne guérit pas). L'effet placebo est largement surestimé. Voici trois des nombreuses raisons.

D'abord, comme je l'ai écrit plus haut, une majorité des affections disparaissent spontanément, quoi qu'on y fasse. Soigne ton rhume, dit le proverbe, il durera sept jours. Ne le soigne pas, il durera une semaine. On fait une erreur de causalité, et on prête ainsi à l'effet placebo ce qui est l’œuvre du temps.

La deuxième raison porte un nom barbare : la régression à la moyenne 8. Un patient vient souvent voir le médecin quand il est dans le pic de la souffrance. Si on vient prendre une pilule au moment d'un pic, il est très probable que le mieux soit due non à la pilule mais à la redescente naturelle vers la position moyenne.

Une troisième raison est appelée effet Hawthorne et mérite un détour historique. Entre 1924 et 1932, le psychologue Elton Mayo conduisit une suite d'essais dans les usines de Hawthorne de la Western Electric Company, aux États-Unis qui devaient montrer si des modifications simples des conditions de travail comme l'éclairage pouvaient avoir des effets sur la productivité des ouvriers. À sa grande surprise, la productivité a augmenté qu'on augmente, ou qu'on diminue la lumière, et même lorsque les ampoules étaient remplacées par de nouvelles de même puissance. Ce n’étaient cependant pas les conditions extérieures qui étaient décisives pour les résultats, mais la participation à l’étude en soi, et l'attention accrue des sujets sur l'impression que quelque chose s’était passé. L'effet Hawthorne prévoit donc que des sujets qui se savent inclus dans une étude ont tendance à être plus motivés et répondre un peu ce qu'ils présument qu'on attend d'eux 9.

Il y a encore d'autres raisons, plus techniques, que je n'aborde pas ici.
Personnellement, j'ai conscience que pour mon trouble, j'ai besoin de me sentir prise en compte par le médecin et ça me manque vachement dans la médecine allopathique qui cherche à répondre aux troubles avec le tout-médicament…Bah non, moi on me file une pilule comme ça et on me dit de bien la prendre pendant 6 à 12 mois, ça ne me suffit pas. J'ai besoin qu'on me transmette des connaissances aussi, j'ai besoin de savoir ce qui motive les choix du médecin à me prescrire telle pilule plutôt que telle autre plutôt que pas de pilule. Je n'ai pas envie qu'on me considère comme un cobaye.

Ekymoz
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 8
Date d'inscription : 24/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par Taggy le Sam 1 Juin - 15:27

.
avatar
Taggy
Tofu Soyeux
Tofu Soyeux

Messages : 25
Date d'inscription : 29/04/2013
Localisation : Ponyville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Témoignage] De mon ressenti et mon vécu après 9 ans de psychotropes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum