Révision du DSM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Révision du DSM

Message par Gethen le Mar 30 Avr - 10:53

Comme certain-e-s d'entre vous le savent peut-être déjà, le DSM est la nomenclature officielle de diagnostic et de traitement des "troubles mentaux" (terme qui inclut en l'occurrence les troubles émotionnels, cognitifs et intellectuels). Sa cinquième version n'en est qu'à quelques jours de sa sortie qu'elle fait déjà couler beaucoup d'encre.
Je commencerai par dire que cette prochaine version est extrêmement préoccupante à bien des niveaux. Le DSM est connu pour être sujet à des biais culturels et est souvent le reflet d'une culture sexiste, homophobe, raciste et transphobe. L'homosexualité s'y trouvait listée jusqu'en 1973, la transidentité s'y trouve toujours, et il est désormais prévu que soit listé comme "paraphilie" (comprendre "fétichisme"), tout intérêt sexuel pour toute personne n'étant pas "phénotypiquement normale" (J'invite d'ailleurs les anglophones à lire ce brillant article de Julia Serano sur le sujet : http://feministing.com/2009/05/06/why_feminists_should_be_concer/)

Néanmoins, ce récent article posté sur Rue89 http://www.rue89.com/2013/04/26/dsm-tous-malades-mentaux-241811 m'a mise atrocement mal à l'aise. Bien qu'il se veuille manifestement dénoncer cette stigmatisation possible causée par la pratique du diagnostic abusif, j'y ai vu par moments autant une attaque envers les diagnostiqués qu'envers les psychiatres. Le chapeau "Hypochondriaques", veut tout dire. Car, si je suis prête à dénoncer les abus du DSM sur bien des points, cette tendance à expliquer doctement à des personnes en profonde souffrance et connaissant de réelles difficultés que leurs problèmes ne sont qu'une invention des vilains lobbies pharmaceutiques ne me paraît guère plus saine ou plus progressiste. Je tiens à préciser que j'ai moi-même eu droit à plusieurs diagnostics du DSM, que ça m'a bien aidée, et que je m'estime bien placée pour savoir si j'ai des problèmes ou non et si les médicaments m'aident ou non (même si je reconnais que ce que je vais vivre comme une "pathologie" peut dépendre du contexte socio-culturel dans lequel je vis et que le modèle social du handicap s'applique à pas mal de cas).

Bref, tout ça pour dire que je me sens très ambivalente. Comment, d'un côté, condamner les stigmatisations du DSM, sans, de l'autre, invalider le vécu et le ressenti de ceulles qui se vivent effectivement comme malades ?
avatar
Gethen
Tofu Soyeux
Tofu Soyeux

Messages : 22
Date d'inscription : 25/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Révision du DSM

Message par Ekymoz le Mar 30 Avr - 11:15

Le DSM est une grille d'analyse (avec ses biais donc) et un outil (parmi d'autres). Cet outils sert à mettre des gens dans des cases : plus il y a de cases, plus le diagnostic est précis (du coup, ça fait que tout le monde peut éventuellement rentrer dans une, voire plusieurs, cases). Pourquoi diagnostiquer ? Pour identifier éventuellement une source de souffrance et éventuellement agir dessus.

Donc, je ne sais pas bien, déjà : est-ce que c'est l’outil qui stigmatise ou bien les personnes qui l'utilisent et qui l'utilisent mal ?
Le problème, c'est ce que les médecins font de cet outil, non ?

Petite illustration d'une mauvaise utilisation des outils diagnostic qu'on a à disposition en tant que médecin : mon médecin généraliste (que j'ai lâché) me fait faire un mini-test en 10 questions pour savoir si je suis dépressive. Elle conclut que oui et me propose des médicaments qu'elle peut me prescrire tout de suite, alors que moi, je ne venais absolument pas pour ça, d'une part. Autre interrogation de ma part : un traitement antidépresseur, c'est minimum 6 mois, ça doit être accompagné d'une thérapie et elle, elle était prête à me balancer des médocs (lesquels d'ailleurs ? avait-elle des connaissances suffisantes pour le faire et choisir parmi l'artillerie lourde pharmaceutique ?), comme ça, entre deux patients, sans prendre le temps d'en discuter sérieusement ni de proposer une thérapie, ni même sans avoir de nombreuses "preuves" et ni même sans avoir mon accord !

Ekymoz
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 8
Date d'inscription : 24/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Révision du DSM

Message par Biaise le Mar 30 Avr - 11:31

Et le probème quand on te propose une thérapie est de trouver un psy, en secteur 1, qui a de la place avant l’année prochaine et qui n’est pas complètement dangereux.
J’ai du me rabatte sur un secteur 2, il m’a coûté très cher et il a pas été fichu de mener la thérapie à son terme. Il était pas non plus fichu de cesser de regarder sa montre pendant que je répondais à ses questions ni de faire 30 secondes supplémentaires pour que je puisse finir ma phrase, ni de prendre des notes et donc il n’avait aucune mémoire des séances précédentes. Il m’a finalement redirigé vers un confrère qui s’est révélé travailler en hôpital de jour et ne pas faire de thérapies suivies. J’ai arrêté là.


Bref, pour en revenir au DSM, cet ouvrage se veut tellement complet et exhausitf qu’il est dangereux. Il contient de grosses simplifications, transforme le moindre comportement marginal en pathologie. Dès que t’as deux "symptômes", ça y est tout le monde s’affole.
avatar
Biaise
Admin
Admin

Messages : 334
Date d'inscription : 24/04/2013
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur http://biaise.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Révision du DSM

Message par Ekymoz le Mar 30 Avr - 11:39

Le problème, c'est que les médecins s'affolent quand t'es dans une case ; le problème n'est pas d'être dans une case (puisque de toutes façons, ils te trouveront une case où te mettre).
Ce qui est dangereux, ce n'est pas l'outil mais son utilisation abusive à mon avis.

[Pour ce qui est de trouver un psy, le statut d'étudiant est vraiment chouette, en général, car il permet d'accéder gratos à des services médico-psycho universitaires. Mais du coup, je pense qu'on peut gruger même si on n'est pas étudiant. Aussi, un pote m'a dit qu'il allait dans un ghetto (là où on range plein de pauvres) pour aller voir son psy qui travaille dans un centre social là-bas et du coup, le pote en question ne paie rien non plus. Après, ouais, faut tomber sur des psy qui ne font pas trop mal leur boulot et je pense que c'est bien de se renseigner sur c'est quoi leur boulot et comment ils l'envisagent…c'est bien de savoir quel est leur cadre de travail…]

Ekymoz
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 8
Date d'inscription : 24/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Révision du DSM

Message par Biaise le Mar 30 Avr - 11:54

Oué, bah la psy de l’IUT, elle m’avait demandé d’aller voir un psy à l’extérieur…
avatar
Biaise
Admin
Admin

Messages : 334
Date d'inscription : 24/04/2013
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur http://biaise.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Révision du DSM

Message par Taggy le Mar 30 Avr - 13:28

Je comprends ton malaise Gethen pour le DSM ainsi que pour l'article. L'utilisation du terme hypocondriaque ici n'est pas pour moquer les personnes diagnostiquées/réellement malades mais pour moquer toutes les personnes qui ont le désir d'être malades je suppose ? (qui est une pathologie en soi je pense ?)
Enfin j'essaie un peu de nuancer ça ici car je n'ai pas été choqué comme toi par l'utilisation de ce terme, alors je ne sais pas.

Cela dit pour répondre à ta question je pense qu'on peut continuer à écouter/comprendre les personnes qui se pense malades. Je sais que mon exemple sera très décrié, mais par exemple dans le cas de l'homosexualité : il existe des dizaines et des dizaines de "centres thérapeutiques" pour "soigner" l'homosexualité, et il y a des personnes qui y vont (cela dit il faudrait voir le nombre de personnes volontaires et forcées, mais je suppose que c'est un autre débat).
Je pense que pour les personnes qui se pensent malades, il y a aura toujours des personnes pour les écouter et ne donc pas invalider leur vécu et leur ressenti.

Après pour les derniers messages eh bien... J'ai un avis complètement biaisé sur la question alors je préfère ne pas répondre, d'ailleurs je suis en train d'écrire un texte qui rejoint tout ça et que je posterai plus tard.
avatar
Taggy
Tofu Soyeux
Tofu Soyeux

Messages : 25
Date d'inscription : 29/04/2013
Localisation : Ponyville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Révision du DSM

Message par LlamaTelas le Ven 17 Mai - 15:41

Pour la qualité de l'outil, je vous confirme que je DSM est une daube qui manque très fortement d'objectivité scientifique. Moi j'en ai un chez moi et je le lis en soirée à des amis pour me moquer.

En matière sexuelle, tout ce qui n'est pas accepté socialement + cause des souffrances est une maladie. Et dans la définition du "trouble de l'identité sexuelle", personnellement j'ai le temps de pleurer deux fois et vomir trois fois.
avatar
LlamaTelas
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 16
Date d'inscription : 27/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Révision du DSM

Message par JanisBing le Sam 18 Mai - 10:14

Je suis assez d'ac avec toi Gethen, en tant que diagnostiquée/médiquée pour plusieurs pathologies, j'ai déjà du mal à faire reconnaître mes maladies comme "réelles", ce genre d'articles est super stigmatisant.
avatar
JanisBing
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 18
Date d'inscription : 24/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://riselikethetide.tumblr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Révision du DSM

Message par Grunt le Mer 24 Juil - 23:50

Taggy a écrit:
Cela dit pour répondre à ta question je pense qu'on peut continuer à écouter/comprendre les personnes qui se pense malades. Je sais que mon exemple sera très décrié, mais par exemple dans le cas de l'homosexualité : il existe des dizaines et des dizaines de "centres thérapeutiques" pour "soigner" l'homosexualité, et il y a des personnes qui y vont (cela dit il faudrait voir le nombre de personnes volontaires et forcées, mais je suppose que c'est un autre débat).
C'est un bon exemple, qui illustre le réel rôle du DSM.
Retrait de l'homosexualité du DSM : 1973.
Ho tiens, ça coïncide avec la dépénalisation progressive de l'homosexualité dans le monde occidental. Et ça révèle les liens entre loi, norme sociale, et médecine. En fait, les gens "malades dans leur tête" sont celleux qui dérangent la société, ça ne préjuge en rien du bon ou mauvais état de leur conscience.

Grunt
Tofu Soyeux
Tofu Soyeux

Messages : 22
Date d'inscription : 26/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Révision du DSM

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum