Je voudrais me convertir à l'optimisme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Je voudrais me convertir à l'optimisme.

Message par Revolivier le Sam 12 Sep - 3:03

Voilà je suis pas encore présenté c'est difficile pour moi, mais ma démarche est sincère. Je me genre homme.
Je suis pessimiste et je m'en cache pas. J'ai décidé il y a peu de m'informer plus activement sur les luttes sociales, je le fais à mon rythme mais je suis pas un grand lecteur, intellectuel.

Mais je suis hanté par une pensée négative et j'ai besoin de votre aide.
Je me suis inscrit sur ce forum car j'ai l’impression qu'il y a ici des gens capables de lutter contre mes idées sans s'en prendre à ma personne comme c'est le cas malheureusement très souvent sur internet.

C'est pas une pensé qui me permet de lutter. J'ai besoin d'aide pour la chasser me mobiliser à changer les choses, dans ma propre lutte contre les oppressions que j'inflige et celle que je subie.
Je suis identifé en partie par la société comme malade mental, avec les privilèges de mon genre, etc ...
Mais les simples sentiments que je ressens quand j'utilise ces deux mots sont des symptômes des troubles de notre société.

Voilà cette saloperie d'idée noire :

Dans un "paradoxe" implacable, les réactions de négations de l'oppression qui pullulent sur internet, sont la preuve formelle de l'existance et de la puissance des mécanismes d'opression de notre société. Rien de magique, "les paroles s'envolent les écrits restent".
Par écrit ou par oral l’oppression on la subit de toute façon. Oppresseurs et opprimés.

L'illusion de la possibilité d’échapper à l’oppression fait partie de l'autorégulation du système et elle fonctionne dans les 2 sens, pour les oppresseurs et les opprimés.

Même Dworkin a magnifiquement voulu une journée sans viol.

L'humanité se comporte au fond comme si il n'y avait pas d'autres choix que d'en rire ou d'en pleurer.
Lutter pour les oppressions ou lutter contre les oppressions.
Je veux lutter contre, et je suis dans le camp de ceux qui savent que c'est pas un choix.

Si vous avez des liens qui pourrait m'aider à améliorer cette idée. La travailler dans le bon sens.
Si vous voyez ce que je veux dire.
Car c'est pas que ça lutter mais je ressens un besoin fortement dans ma vie :
J'ai l'impression que j'ai besoin de "redresser la tête" pour arriver à avancer, à affronter la société dans ma vie personnelle comme dans un principe général de bonne participation à l’intérêt de la collectivité.
J'aimerai être d'avantage utile aux autres si c'est possible.
J'ai pas envie d'affronter des personnes. Mais j'ai lu la citation de Simone de Beauvoir, et je lui fais confiance.
Et de toute façon la réalité me le prouve très simplement.

Par exemple :
Si j'énonce l'idée que je fais confiance à une femme, moi homme, IMMÉDIATEMENT je vais suscité des réactions négatives et des désapprobations. D'abord de la part des hommes en position sociale de le faire évidement avec un certain code. Puis de la part des femmes avec un autre code.
C'est le code supposé universel par ceux qui l'utilisent et "délicat".
Une idée abjecte plus ou moins finement exprimée, je n'en ai pas l'usage. Pourtant encore et encore on me fait ce "cadeau".
Alors si il faut se battre tant pis.

J'ai vu quelque part que y avait 500 personnes à la Mad pride de 2014. Je me doute que je suis pas seul à avoir des difficultés à lutter. Je ressens quand même une obligation de le faire.
L’intersectionnalité est vraiment une grille de lecture qui m'aide à accepter la réalité déjà.

Voila si vous avez des idées ou des articles à partager qui pourrait m'aider je suis preneur ! Les tumblrs et autres articles partagés par Biaise sont déjà des mines d'or.
Merci de m'avoir lu déjà. J'ai essayé d'être clair mais il est tard. Je profite d'être un peu désinhibé pour oser m'exprimer sur internet.
J'espère que vous me pardonnerez mon orthographe et ma syntaxe approximative. Si je me relis demain je n'oserai pas poster.
Et j'ai perdu l'habitude de m'exprimer par écrit un peu correctement :/ je fais beaucoup de fautes avant correction.
Je trouve qu'on est pas gâtés avec les académiciens qui ont bidouillé la langue française pour en faire une langue d'état.
Je m'exprime dans mon patois français et j’essaie de comprendre le global english pour profiter mieux d'internet.

Je suis un silencieux dans une société qui veut museler à tout prix. J'ai du boulot Smile
L'auto-censure est multiforme. Ça ne me fait pas espérer beaucoup de réponse de ma "section" très spécifiquement Smile Mais bon, on sait jamais et puis je pense qu'un forum c'est une forme adaptée à l'entraide. Mais faut pouvoir supporter le regard public des gens.
La recommandation du corps médical est de me définir comme "phobique" en société. Alors je l'applique sur ce forum. C'est vrai qu'il est pas utile de se définir trop précisément parfois.
Mais bon disons juste que la comorbidité c'est considéré comme un "gros mot" par des gens mais c'est la description d'un phénomène réel.
Je suis certain d'avoir d'autres troubles mais j'arrive pas à leur donner un nom qui me plaise. J'ai le sentiment que c'est mon choix. Et la société ne me force pas trop. Merci les privilèges masculins pour avoir eu à vivre peu de remise en cause de cette liberté ... qui est à double tranchant, j'ai l'impression. Un diagnostique c'est une entreprise difficile, ma petite formation scientifique me l'a apprise. Mais ça demande aussi du courage de comprendre les troubles.
De toute façon les efforts de diagnostiques sont concrètement très rares pour des malades dans des situations de souffrance beaucoup plus extrême que les miens, j'ai l'impression. Mais comme on dit que "l'alcool excuse pas tout", je trouve qu'on devrait dire "l'urgence excuse pas tout".
On peut réfléchir collectivement pour planifier une réponse mieux adaptée aux situations qui se manifestent à répétition, non ?

Il faut bien que l’invisibilité ait des avantages et j'ai eu la chance d'avoir été très peu souvent dans des états trop "visiblement" perturbés ou "gênant" pour les autres dans ma vie. Je suis dans un environnement privilégié qui m'a évité bien des emmerdements.

TW bipolarité : l'après des états maniaques pour l'entourage et deuil, stigmatisation et histoire familiale :

Spoiler:
J'en ai conscience car ma mère biologique et sa mère biologique était bipolaire. J'ose à peine le dire sur un forum et je me permets de le faire car elles sont à présent décédées. C'était des femmes formidables, je suis fier d'elle, j'admire la façon dont elles ont mené des très belles vies, et pourtant la stigmatisation est malgré tout en moi. Ça m'énerve. J'ai des milliards de souvenir agréables d'elle mais je m'énerve du temps que j'ai mis à mieux vivre avec les souvenirs des expériences que la maladie nous a fait subir.
Je n'ai plus vu ma mère heureuse qu'une seule fois après la mort de sa mère et je n'ai pas profité de ce moment car ça me rappelait ses premiers états maniaques qui m'ont pris par surprise. J'étais qu'un ado. C'est comme ça mais ça fait chier. J'aurai voulu être capable de mieux le faire de son vivant.

J'ai l'exemple de ma grand mère biologique maternel bipolaire. Je n'ai pas connu mes autres grands mères. L'une étant décédée jeune d'un cancer et elle était bipolaire.
L'autre étant frappé par la sclérose en plaque je l'ai peu rencontrer.
Oui ma mère biologique était bi. J'ai trois "parents" au sens restreint plus ceux qui ont été en couple avec eux qui m'ont aussi élevé. Ça fait du monde à la maison et c'est très bien Smile
Mais j'ai peur de le dire sur un forum sur internet. Et je ne trouve pas "normal" d'avoir cette peur.

Je n'ai jamais assisté à ces états limites. Après avoir connu tous les traitements qui ont réduit son espérance de vie forcement, elle a été capable de toujours bien se gérer quand elle était en retraite et c'est à cette époque que je l'ai connu.
Elle vivait très sainement, elle avait trouvé son équilibre et avait la chance d'être dans une situation confortable. C'était une femme active qui faisait vivre la famille, qui savait créer du lien social entre les gens, et qui s'occupait en profitant de la vie et en faisant du bien aux gens qu'elle croisait sur sa route sans les juger.
C'était pas une sainte, elle a dit à Nougaro qu'il buvait trop après avoir un peu discuté un soir avec lui dans une réunion de charité Smile Et elle me l'a dit sur le ton du regret un peu d'avoir été obligé de le faire. "Quand même, je lui ai dit". C'était pas méchant.

Elle vivait une vie adaptée à la vie avec les troubles mais je ne l'ai compris que des années après en étant moi même "mal" et en réfléchissant.

J'ai assisté à la fin de vie de ma grand-mère et sa maladie qui s'est un peu manifesté quand ma mère a "déclaré" la maladie par des psychoses. Mais ça c'est passé du mieux qu'il était possible, car ma mère s'est bien occupé de sa mère comme de moi. J'essaie d'être positif.
C'est grâce à ce que partage biaise sur les réseaux que j'ai trouvé le courage de faire des efforts pour apprendre et briser le silence et briser ma honte de petit soldat raté que la société a réussi à m'inculquer malgré les efforts de ma famille qui a toujours lutté et milité. Les seuls documents "sentimentaux" qui se sont retrouvé en ma possession de la mère biologique de ma grand mère bipolaire : c'est une carte de la ligue féminine des années 30, des actions d'une compagnie disparue qui n'ont valu rien ensuite et un acte de décès de son mari.
Même si je suis genré homme et que cela fait de moi un "traitre" à la cause masculine très facile à stigmatiser par les conséquences concrètes et très perso de la maladie mentale sur ma vie, j'aimerai bien pouvoir continuer la lutte contre l'oppression à ma façon. Mais je sais pas comment faire.
Et en même je me cache aussi dans l’intérêt des autres, j'ai l'impression. Je ne veux pas qu'on accuse ou qu'on caricature les convictions, la sensibilité qu'on m'a transmise. Je trouve pas qu'elles ont été mauvaises pour moi. Au contraire. Et j'ai été admirablement éduqué par ma famille. J'ai eu la chance d'avoir une enfance heureuse. La maladie a frappé et c'est tout mais c'est trop tentant pour les trolls de faire semblant de ne pas le comprendre.
C'est peut être une idée qu'on mets dans le crane des gens pour mieux les contrôler. Encore et toujours cette pieuvre de l'oppression. J'ai beaucoup aimé les travailleurs de la mère que j'ai lu au calme chez ma grand mère en vacances à la mer justement Very Happy
Croyez moi quand je dis que j'ai eu une vie très privilégiée. Je suis reconnaissant envers la vie comme tout le monde. Je voudrais juste améliorer notre société.

Mais perso, je n'ai eu qu'à me laisser classer dans les "atypiques" quand j'ai fini par "craquer" dans le down et que j'ai été obligé de demander de l'aide.
C'est vraiment pas "pratique" les troubles psychiques.

Voila bon bah finalement j'ai essayé de lancer une discussion et je me suis présenté en même temps. bom
J'espère que c'est ok pour la modération et que c'est pas trop indigeste à lire ou à y répondre. C'est pas la première fois que je passe une nuit blanche à essayer d'écrire un truc "public". J’essaie de bien faire.

Revolivier
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 2
Date d'inscription : 18/08/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je voudrais me convertir à l'optimisme.

Message par Camille7 le Dim 13 Sep - 17:56

Se convertir à l'optimisme ? Ma foi j'aimerais bien t'aider, mais malheureusement je ne pense pas etre la bonne personne. Tous les deux jours une nouvelle personne me fait remarquer mon pessimisme. Pas faute d'essayer pourtant.

Bon courage en tout cas, et enchanté'.

Camille7
Seitan aux Lentilles Corail
Seitan aux Lentilles Corail

Messages : 160
Date d'inscription : 04/12/2014
Localisation : Irlande

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je voudrais me convertir à l'optimisme.

Message par Somadlateci le Lun 14 Sep - 17:43

Bienvenue, mais j'peux pas trop t'aider pour l'optimisme non plus.
avatar
Somadlateci
Seitan aux Lentilles Corail
Seitan aux Lentilles Corail

Messages : 132
Date d'inscription : 02/12/2014
Localisation : Nancy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je voudrais me convertir à l'optimisme.

Message par Slystone le Lun 14 Sep - 20:09

Salut et bienvenue !

Hum, perso je suis d'un naturel plutôt optimiste (ou éternel naïf, ça dépend).

Ceci dit, comme vous êtes un paquet à avoir besoin d'un peu d'optimisme, pourquoi est-ce qu'on ne créérait pas un fil sur le forum qu'on réserverait aux bonnes nouvelles ?
avatar
Slystone
Tofu Soyeux
Tofu Soyeux

Messages : 40
Date d'inscription : 30/05/2013
Localisation : Somewhere in Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://www.slystone.legtux.org/blog

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je voudrais me convertir à l'optimisme.

Message par celinextenso le Lun 14 Sep - 20:32

Salut, vous avez appelé SOS optimisme ? flower
avatar
celinextenso
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 19
Date d'inscription : 27/04/2013
Localisation : Grand est rugueux

Voir le profil de l'utilisateur http://celinextenso.free.fr/wordpress/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je voudrais me convertir à l'optimisme.

Message par Camille7 le Lun 21 Sep - 14:56

Haha ! Bonne idée Slystone !

Camille7
Seitan aux Lentilles Corail
Seitan aux Lentilles Corail

Messages : 160
Date d'inscription : 04/12/2014
Localisation : Irlande

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je voudrais me convertir à l'optimisme.

Message par Biaise le Mer 23 Sep - 3:15

commence slystone :3
avatar
Biaise
Admin
Admin

Messages : 334
Date d'inscription : 24/04/2013
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur http://biaise.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je voudrais me convertir à l'optimisme.

Message par Slystone le Ven 25 Sep - 13:03

avatar
Slystone
Tofu Soyeux
Tofu Soyeux

Messages : 40
Date d'inscription : 30/05/2013
Localisation : Somewhere in Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://www.slystone.legtux.org/blog

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je voudrais me convertir à l'optimisme.

Message par Revolivier le Sam 3 Oct - 2:14

Merci pour vos messages de bienvenu.

J'espère que vous ne les regretterez pas :/

Je n'ai pas le courage de lire mon précédent post, mais j'ai envie à nouveau d'écrire. Désolé, si il y a redite ou un manque de continuité.

Dans l'usage du mot "optimisme" il y avait un espèce de "jeu de mots" que j'ai pas forcément réussi à traduire, rendre compréhensible. Au fil de l'écriture, je suis parti dans plein de choses.
Je cherche une forme d'espoir. Plus jeune, j'ai voulu me changer et changer le monde. Pour quel résultat ?
Je suis moins un connard, c'est une certitude. Mais je me vois trahir mes idées et être lâche tellement souvent.

J'ai l'impression qu'il y a un reproche fréquent fait à toutes les personnes conscientes des oppressions, c'est de leur dire "tu vois le verre à moitié vide, tu es pessimistes, blahblah". Je ne pense pas être pessimiste. Ni que les militants (en général) le soit. C'est plutôt le contraire, puisqu'au delà de la lutte pour la survie, il y a une volonté d'aller vers le mieux.

Il y a un vrai besoin d'inconscience chez l'être humain. On ne peut pas à chaque verre d'eau que l'on tire d'un robinet penser à ceux qui n'ont pas ce luxe.
A supposer qu'il soit même utile d'y penser.

Mais c'est aussi une stratégie oppressive de provoquer la résignation.

En tant que homme, j'ai pleinement conscience que le système sociale m'incite à me désarmer pour lutter contre mon genre, et me donne toutes les armes pour jouer pleinement mon rôle d'oppresseur. A commencer par tout ce qui concerne le plaisir. J'ai beau avoir été élevé principalement par des femmes féministes et très loin de l’hétéro normalité. Je suis attiré par les femmes, la société a complétement réussi à érotiser leur oppression.
Cela me donne au mieux, le sentiment d'être abjecte et des envies de retourner la violence de mon genre contre moi. J'ai bien dis "au mieux". Dans le pire des cas, je fais une trêve avec ma libido et j'accepte qu'elle soit le produit de la culture du viol.

On m'a appris que les autres sont "sacrés", à respecter. Si ma phobie me permet au moins de fermer ma gueule, je ressens souvent mon coté bon petit soldat désespéré. Et j'ai la tentation de me faire un avocat du diable, comme il y en a systématiquement dans toutes les discutions sur les oppressions que j'observe. Les valeurs de tolérance, de respect, de violence contenue qui visent à maintenir la vitale "cohésion sociale" de l'humanité sont aussi des outils d’oppression. La toute puissante "Gauche".

J'ai longtemps accepté de rêver de ne pas être un oppresseur, de me penser "différent", dans le recherche complétement égoïste d'un peu de paix intérieure.

Je ne sais pas par quoi remplacer l'illusion mais certainement pas par l'ironie et la distance.

Ado, lorsque j'ai ouvert pour la première et dernière fois Jacques le fataliste de Diderot, mon cerveau a "bug".
J'ai fait une nuit blanche et noirci des propos incohérents sur des feuilles de papier. Ça a un peu mis en colère ma mère. Rétrospectivement je crois que cela du l'inquiéter, car elle m'a autorisé à ponctuellement rater des journées au collège par la suite.

C'est mon premier souvenir de ce sentiment de "tutoyer les étoiles". Une discussion d'égal à égal avec un astre rayonnant d'une énergie incroyable.
Pas plus que je n'ai réussi à terminer le livre de Simone Weil, je n'ai pas pu terminer la lecture de Diderot.
J'aimerai, un jour, arriver à la fin d'un ouvrage philosophique. Ne pas m’arrêter à un constat. Il y a peut-être un apaisement ou une conclusion qui m'échappe dans l'observation de la réalité.
Ce quelque chose qui permet à tant de gens d'agir, de bouger, de sortir, de rencontrer les autres, il doit bien exister en moi. Il faut que je le trouve.

Revolivier
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 2
Date d'inscription : 18/08/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je voudrais me convertir à l'optimisme.

Message par Camille7 le Dim 25 Oct - 23:43

Ton dernier paragraphe m'a fait penser au bénévolat. Tu en fais ? Ça m'a toujours aidé' en période de déprime, d'avoir à me lever une fois par semaine pour aider d'autres gens.

Camille7
Seitan aux Lentilles Corail
Seitan aux Lentilles Corail

Messages : 160
Date d'inscription : 04/12/2014
Localisation : Irlande

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je voudrais me convertir à l'optimisme.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum