Appel à témoignages pour un article sur la psychiatrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Appel à témoignages pour un article sur la psychiatrie

Message par Yahirm le Mar 21 Mai - 22:30

Je navigue depuis 8 ans de structure psy en structure psy. Je commence à en avoir ma claque. Récemment j'ai commencé à contester la légitimé de l'autorité qu'on exerçait sur moi. Et devinez quoi ? je m'en suis pris plein la gueule. J'ai une "légère" animosité contre l'institution depuis, surtout depuis que j'ai lu la charte de la personne hospitalisée et que j'ai souligné les passages qui ne correspondait pas à ma situation :

[/url]

(et j'ai surligné que les plus signifiants) Du coup, je voudrais écrire un article sur les délires de la psychiatrie du point de vue de patients.

Donc si vous avez été dans des institutions psychiatriques ou juste suivi par des psy en cabinet et que ça s'est mal passé, que vous êtes senti attaqué dans votre dignité, qu'on a nié vos ressentis, enfin bref, si la parole des professionnel était incontestable alors même qu'ils étaient dans l'erreur et que certaines de leurs décisions vous mettaient soit en danger, soit mal à l'aise, vos témoignages sont les bienvenus.

si vous avez aussi des études qui pourraient appuyer les témoignages et des solutions pour changer ça, je serais preneur aussi.

Merci d'avance

EDIT : je tiens à préciser que je ne remets absolument pas en cause la nécéssité (dans certains cas) de prendre des médicaments, ni l'existence de pathologies réelles et difficile à vivre. Non, je veux juste faire un article sur la toute-puissance de l'institution et des professionnels. C'est un état de fait qui me dérange vraiment pour l'avoir vécu, je me souviens d'une impossibilité réelle à prendre des initiatives et d'avoir souvent dû me battre contre l'institution pour obtenir ce dont j'avais besoin.



Dernière édition par Yahirm le Ven 24 Mai - 22:20, édité 1 fois
avatar
Yahirm
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 15
Date d'inscription : 25/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://presque-par-accident.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel à témoignages pour un article sur la psychiatrie

Message par dariamarx le Mar 21 Mai - 22:51

L'état de la psychiatrie en France est pitoyable. Ceci dit, je suis assez contente de la psychiatrie dite "de quartier", avec justement ces structures ouvertes, qui permettent aux malades de rester dans la vie. Quand aux règles de ces structures, je comprends qu'elles soient difficiles, mais elles sont -souvent- nécessaires. On mélange dans la psychiatrie en milieu ouvert des pathologies très différentes, des individus aux stimulis divers. Il faut une structure. Ce n'est pas parfait bien sur.

En ce qui me concerne, j'ai longtemps été prise en charge par les CMP et hopitaux de jour avant d'avoir les moyens de consulter "en ville". Car oui, la psychiatrie est à deux vitesses, voire le docu Infrarouges de la semaine dernière sur le Pluzz. Ceci étant dit, je n'ai jamais souffert dans la psychiatrie de quartier. J'ai toujours été traitée avec respect, reçue dans l'urgence, aidée. Bien sur, je n'avais pas de rendez vous aussi fréquents qu'en ville, bien sur les locaux étaient moches, bien sur la bouffe était à gerber, mais ils m'ont sauvé la vie. Et je ne dis pas ca sans peser mes mots.

dariamarx
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 7
Date d'inscription : 24/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel à témoignages pour un article sur la psychiatrie

Message par Yahirm le Mar 21 Mai - 23:10

Je te crois, mais en ce qui me concerne, je suis tombé sur un psychiatre con comme un balais qui me dit "en Angleterre, y a pire." , quand je lui parle de mes angoisses par rapport à mon futur, dans le monde du travail et qui m'as menacé de me virer parce que je voulais plus prendre mon traitement qui n'était pas efficace.
Je veux pas "défoncer" la psychiatrie. Mais je regrette vraiment qu'il n'y ait plus de critique possible. Les psy même nocifs étant indéboulonnables.
Je sais qu'il y a des gens qui ont besoin de traitement, qui ne peuvent pas vivre sans. Mais l’absence de cas par cas m'est vraiment nocif, sans déconner. J'ai des angoisses très très fortes et qui sont soit causées, soit aggravées par l'attitude des professionnels. dans ma résidence, on a un groupe de paroles qui est mis en place, tout le monde s'accorde à dire qu'il est inutile, pas parce qu'on n'a pas besoin de parler, mais parce que la façon dont c'est fait inhibe complètement la paroles. Et c'est un truc qui est maintenu dans l'état.
On est censé avoir des réunions de fonctionnement. Une par trimestre, c'est pas beaucoup, mais là, on en a plus du tout. Je sais très bien qu'il y a un cadre et que tout dans la charte n'est pas applicable, mais les remarques humiliantes des soignants, j'en peut plus.

avatar
Yahirm
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 15
Date d'inscription : 25/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://presque-par-accident.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel à témoignages pour un article sur la psychiatrie

Message par dariamarx le Mar 21 Mai - 23:19

Je comprends ton ressenti, et j'imagine que ca doit être terriblement difficile à vivre au quotidien.
As tu essayé de changer de médecin ou d'envisager un changement de structure ? Peux tu mettre en écrit ce qui te blesse et transmettre ainsi quelque chose de tangible ?
Peut être peux tu écrire au conseil de l'ordre ?

dariamarx
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 7
Date d'inscription : 24/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel à témoignages pour un article sur la psychiatrie

Message par Yahirm le Mar 21 Mai - 23:39

Ben non, je peux pas faire grand chose, justement. La structure en question, c'est une résidence thérapeutique. C'est la structure la plus ouverte que je connaisse. Le médecin psychiatre est lié à la résidence, si j'en change, je suis obligé de changer de résidence. Et le reste sera probablement pire. Je me suis retrouve à passer une nuit dehors (j'avais oublié de prévenir, mais quand même) parce que la porte est fermée tous les jours à 23h, même si on préviens qu'on rentre plus tard. j'ai sonnée comme un malade, personne n'a répondu. J'ai passé la nuit sous la flotte. Le lendemain, la personne de garde m'a dit qu'elle était réveillée et qu'elle n'avait pas entendu. J'y crois pas. A mon avis, elle ment, parce que la sonnette on l'entends : soit elle était réveillée et elle a délibérément pris la décision de ne pas ouvrir la porte, soit elle s'était endormie, mais elle ment forcément.
Surtout que le lendemain, je me suis chopée une remarque d'une autre infirmière, apparemment dénuée de compassion ("ça te serviras de leçon").
Et le psy qui me dit, "c'est en grande partie votre faute", oubliant complètement que c'est au moins du 50/50.
ET puis à chaque fois, mon appart, j'ai droits à des remarques sympa de la part de l'infirmière précédemment citée (tu devrais faire payer l'entrée pour ton appart, avec une attraction pareiil, ça te ferait des sous"). Ça a l'air de rien comme ça mais à la longue, c'est usant. Le pire, c'est qu('ils savent que je m'entends très mal avec le psychiatre, mais ils vont quand même lui répéter tout ce que je leur dis. Y arien de secret et ça m'aide pas.
La seule démarche que j'ai pu faire pour 'instant, c'est faire ma demande d'AAH pour me trouver un appart normal sans flicage permanent. Mais c'est looong. Jeconnais pas bien le conseil de l'ordre, comment je peux faire pour les contacter ?
avatar
Yahirm
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 15
Date d'inscription : 25/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://presque-par-accident.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel à témoignages pour un article sur la psychiatrie

Message par dariamarx le Mer 22 Mai - 0:04

Je comprends l'ensemble des vexations que tu ressens. C'est effectivement usant. Je ne peux que t'encourager à prendre un appartement seul (avec pourquoi pas les visites d'un infirmier tous les jours ou chaque semaine ou autre, ca peut très bien s'organiser en psy de quartier).

Je voudrais tout de même te dire qu'il faut parfois faire des concessions, par exemple se plier à des règles que l'on trouve stupides, lorsqu'on vit en communauté thérapeutique. Cela ne justifie en rien l'attitude apparemment hostile de tes soignants, mais je ne pense pas qu'il faille remettre en cause les bénéfices engagés dans cette démarche de traitement pour des incidents finalement assez circonstanciels, des crispations suite à un incident. Cette nuit passée dehors, je comprends que tu la digères mal, c'est normal. Je ne sais pas dans quel genre de structures tu vis, mais ces règles s'expliquent pour les malades qui souffrent d'addiction par exemple, ou de la maladie alcoolique. Elles sont malheureusement trop strictes pour toi, mais sans autres lieux de vie où aller ...


Pour être passée par des états de crises, d'urgence, j'ai toujours trouvé difficile les moments où je commençais à aller mieux, de manière paradoxale. C'est lorsque tu commences à prendre ton indépendance et aller mieux qu'il faut réapprendre à vivre avec les autres, à sortir de la bulle rassurante thérapeutique, de l'introspection curative dans laquelle on était plongé. Les relations aux autres, soignants, figures d'autorités, etc, peuvent être alors difficiles à maintenir : on se sent mieux, donc on voudrait être "libre", ne plus subir aucun joug. C'est peut être ce qui te rend aussi sensible ? Je ne fais que formuler des hypothèses bien sur Smile

Pour le conseil de l'ordre, tu trouves sur le site du Conseil National toutes les adresses départementales ou régionales (selon d'où dépend ta structure) où écrire.


dariamarx
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 7
Date d'inscription : 24/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel à témoignages pour un article sur la psychiatrie

Message par Yahirm le Mer 22 Mai - 6:31

Pour les visites d'infirmiers ou de psy, j'accepterais peut être si je leur faisais encore confiance, mais je ne peux plus (pour la majorité) les voir en peinture. Si il y a une organisation de type psy de quartier, je veux choisir avec qui je travaille.
Ce que je leur reproche c'est même pas la nuit que j'ai passé dehors. C'est l'attitude générale qu'ils ont eu. A savoir me charger à mort, et nier toute leurs responsabilités dans mon mal être.
Jje suis au lycée, en ce moment, c'est pas facile. C'est même chiant, c'est un endroit dur et j'aimerais pouvoir me poser en rentrant. Oublier mes soucis. Et bien non, parce que y a tous les rendez vous imposés qui prennent du temps et qui ne servent parfois pas à grand chose.
Note qu'on doit être disponible quand ils nous appellent. Eux sont toujours occupés, ils ont leurs transmissions (la dernière fois, il m'ont fait patienter pour mon traitement pendant qu'ils parlaient cuisine...), les moments où ils rédigent, mais nous...oulàlà, on est quasiment toujours disponibles...Pas envisageable que je sèche le groupe de paroles, hein, je ne peux pas être fatigué, déprimé ou avoir du boulot... C'est forcément une excuse bidon...
Tu dis que ces règles s'expliquent pour les malades qui souffrent d'addiction par exemple, ou de la maladie alcoolique. Dans ma résidence, ça correspond à aucun patient. On est Mais admettons qu'il y ait risque pour internet , par exemple, pour contrer la supposée addictions à internet. Ils nous coupent la wifi à minuit, en règle générale, ceux qui veulent continuer vont trouver d'autres moyens, ça n'empêche rien parce qu'il n'y a pas de travail sur les causes.
Et y a pas d'autres addictions potentielles dans ma résidence. Je suis passé par d'autres structures qui ont eu des effets bien meilleurs que celle ci, j'ai quand même des critiques sur leurs méthodes et sur leur manque d'écoute, parfois, mais y avait quand même un effet positif. Là, je n'en ressens aucun. Même, je dirais que je stagne.

Mon problème, c'est au niveau du consentement, en fait. Je ne conçois pas une thérapie sans consentement.
avatar
Yahirm
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 15
Date d'inscription : 25/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://presque-par-accident.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel à témoignages pour un article sur la psychiatrie

Message par Yahirm le Ven 24 Mai - 22:25

J'ai un peu édité mon annonce. J'avais trouvé dommage que mon idée soit mal comprise.
avatar
Yahirm
Lait d’avoine
Lait d’avoine

Messages : 15
Date d'inscription : 25/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://presque-par-accident.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Appel à témoignages pour un article sur la psychiatrie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum